Google

indice - Actualités - Ménopause Consciente

Aller au contenu

Menu principal :

ADDICTES AUX SUCRES ?

Publié par sandrine Hurtado dans Alimentation · 21/5/2019 09:56:07
Tags: suresucrecocoxylitolagavemuscovadokitulgoorindiceglicémique

Les effets du sucre sur l'organisme et sur le cerveau ?


Selon l'OMS, nous ne devrions pas consommer de sucre au-delà de 50 grammes par jour. Mais toujours selon elle, 25 grammes seraient l'idéal. Pas facile quand le sucre se niche partout !

Nous savons aujourd'hui que le sucre agit comme une drogue et une personne qui n'aurait pas sa « dose » quotidienne serait sujette à des changements d'humeur et à un état dépressif, mais pas que.

Selon une étude de 2013, une consommation exagérée de sucre serait à l'origine de diverses maladies neurodégénénatives, telle que l'alzheimer (bien qu'à l'heure actuelle nous ne savons pas d'où vient cette maladie, elle devient un peu fourre-tout).Mais cela ne nous empêche pas d'être prudentes et modérées. En effet, une consommation excessive de sucre provoquerait un ralentissement de l'apprentissage et de la mémoire, une augmentation de l'hypertension et des maladies cardio-vasculaires, le diabète de type 2, il favoriserait la croissance des cancers du côlon, de l'estomac, du pancréas, de l'utérus et du sein.

En attaquant la flore bactérienne intestinale, il affaiblit nos défenses immunitaires. Il favorise la fermentation (alcools, acides,cétones et gaz carboniques) ce qui peut donner naissance à des mycoses intestinales et des cellules cancéreuses.  Nos réserves en minéraux étant pompées, cela entraîne un vieillissement prématuré de tous les tissus de l'organisme, en y incluant la peau, bien sûr !

Le cerveau ne peut recevoir aucune autre source d'énergie que le glucose. Une alimentation riche en glucides favorise les processus d'acquisition des connaissances et de mémorisation. Une carence profonde et prolongée en glucose peut provoquer des dommages irréversibles pouvant aller jusqu'au coma, voire la mort. L'effet inverse cité plus haut, est tout aussi dangereux !



Comment le sucre agit-il dans l'organisme ?

Lorsqu'un aliment est consommé, il passe par divers processus de transformations chimiques et mécaniques selon si c'est un lipide, un glucide, un farineux, une protéine, selon son mariage à une autre famille d'aliments, selon s'il est coupé en dés, s'il se présente en purée, en liquide, selon le moment auquel il est ingéré.

Entre en action la salive qui permet la transformation en molécules plus petites. Ensuite, l'estomac intervient mécaniquement (entre autres), le temps de travail de transformation sera plus ou moins  long selon l'état de l'aliment.

Et une autre notion à prendre en compte, c'est l'indice glycémique d'un aliment,c'est la seule référence utilisée pour comparer le pouvoir hyperglycémiant des aliments (qui augmente la glycémie dans le sang), est l'IG. Tous les glucides auraient la même vitesse d'absorption intestinale, soit environ 30 minutes pour entre dans le sang.

Pour en revenir au sucre, les glucides des aliments sont transformés en glucose et circule dans le sang. Le glucose est alors utilisé par l'organisme comme carburant ou stocké sous forme de glycogène par le foie et les muscles. Et dans le cas ou l'écart entre un repas et un autre est trop grand, le glycogène se transforme à nouveau en glucose.

En fait, la plupart des études menées ne font que faire le lien entre la cause et l'effet sans que les résultats soient évidents. Cependant, consommer abusivement du sucre (sous forme de sucrose, fructose, sirop de glucose-fructose ou de boissons sucrées) soulève certaines inquiétudes.



Quels sucres choisir ?

Vous connaissez certainement :
Le sirop d'érable, qui n'est pas souvent mis en avant pour sa richesse en minéraux, vitamines et autres bienfaits. Je vous rappelle mon lien sur un article « sucrons-nous le bec ».

La stévia, la stivia ribaudiana est un peu controversée, elle a un très fort pouvoir sucrant et est très calorique. 1 c.à c.est égale à 16 calories. Selon son procédé de fabrication, son indice glycémique peut varier de 55 à 90. La stévia est à éviter pour les diabétiques.

Le sirop d'Agave, extrait de l'Agave Tequilana dont le pouvoir sucrant est plus fort que celui du sucre blanc (100gr. De sucre équivaut à 75 gr. De sirop d'agave), mais dont l'IG (indice glycémique) est beaucoup plus faible (15) que le miel. Il est dit aussi, que selon son procédé de fabrication son IG peut  monter de 55 à 90. Il n'est donc pas si bas que cela.Le sirop d'Agave est idéal pour cuisiner car son goût est neutre.

Le sirop de riz, qui provient de la fermentation de riz brun. IG beaucoup trop élevé : 100).
La mélasse, qui est idéal lors des menstruations car elle à une forte teneur en fer, en autres.
Le miel, peut avoir un IG de minimum 35 selon la plante qui a été butinée.

Mais il existe aussi d'autres édulcorants naturels dont on parle moins, mais que vous trouverez dans les épiceries BIO, tels que :
Le xylitol, celui qui est extrait de l'écorce de bouleau que l'on nomme aussi le sucre de bouleau, qui a le même goût et le même pouvoir sucrant que le sucre blanc, mais dont l'IG (indice glycémique) est beaucoup plus faible : 15.

Le sucre de coco, issu de la sève de la fleur de cocotier. Sa couleur est légèrement rousse et son goût légèrement acidulé.Mais il a un super avantage, son IG est très bas : 35 !

Le sirop de Yacon, extrait d'un tubercule péruvien.C'est un sucre qui ne pénètre pas l'organisme et qui n'étant pas assimilé ne provoque pas de pics d'insuline.C'est un prébiotique avec un indice glycémique faible parce qu'il est essentiellement constitué de fructo-oligosaccharides. Super intéressant !

Le Goor ou gur (ou Jaggery), sucre indien roux non raffiné extrait de grappes de fleurs. Il s'utilise aussi bien dans les plats salés que sucrés et aussi dans les chaï.

Son équivalent aux Amériques et aux Caraïbes est le Panela (ou Pain de vesou).Le Panela est aussi appelé Rapadura.La distillation du jus de vesou permet d'obtenir le rhum agricole. La concentration de vesou par évaporation donne le sirop utilisé comme édulcorant. L'évaporation complète du vesou donne le sucre muscovado.

Le Galabi, sucre longtemps disparu et réhabilité de manière artisanale pour les grands chefs pâtissiers. En fait, il est préparé en chauffant du vesou ou du sirop de palme et en le faisant réduire il devient solide. Il se présente sous forme de « pain » de sucre pour le râper ou le hâcher.

La sève de Kitul qui est extraitdes tiges de fleurs de caryota urens, qui est un palmier de Ceylan. Très riche en minéraux. Elle à la particularité de contenir les 3 sucres naturels : le saccharose, le fructose et le glucose.Sa valeur calorique est de 300 cal.pour 100 gr. De sucre. Et son indice glycémique se situe entre 25 et 35.

En conclusion
Pas besoin d'attendre une confirmation clinique des dangers du sucre pour en diminuer sa consommation ou s'en sevrer.
Une façon naturelle d'y remédier est de privilégier :
• Les repas et pâtisseries made in home,
• Les aliments à IG (index glycémique) bas,
• Les boissons telles que le thé, le café, l'eau, « laits »végétaux,
• Une cuisson soft des aliments et en petits morceaux,
• Les sucres naturels à IG faible, non lavés et non hydrogénés.
• Le sport.


Bonne découverte,



Naturellement vôtre,
Sandrine Noël













Sources :
https://www.anses.fr/fr/content/sucres-dans-l%E2%80%99alimentation
https://www.civchevreuse.fr/wp-content/uploads/2012/03/sucre-lent-rapide.pdf
https://www.revmed.ch/RMS/2012/RMS-331/Sucrose-glucose-fructose-quels-sont-les-effets-des-sucres-sur-la-sante-metabolique




Retourner au contenu | Retourner au menu