Google

La secheresse vaginale, une calamité ? - Actualités - Ménopause Consciente

Aller au contenu

Menu principal :

La secheresse vaginale, une calamité ?

Publié par Sandrine Hurtado dans Santé · 15/1/2017 13:05:46
Tags: sécheressevaginalehormoneménopause

Jamais de la vie !

La sécheresse intime vous permet de repenser votre sexualité en apprenant à communiquer, à dialoguer à cœur ouvert dans le but d’exprimer ce que vous ressentez au plus profond de vous-même. Le vagin est l’endroit d’où émergent tous vos sentiments concernant la sexualité.
La vie est pleine d’amour et à beaucoup à vous offrir, acceptez-le !


Qu’est-ce que la sécheresse vaginale ?

Il faut savoir qu’elle touche les femmes de 45 à 65 ans, soit 25% des femmes avant la ménopause et 30% à 55% après. C’est vrai, c’est particulier à la ménopause, mais pas forcemment.


Les causes

Si l’on met à part le bouleversement hormonal, la sécheresse hormonale peut être causée par le stress, l’alcool, le tabac ou la prise de drogue. Mais aussi par certains médicaments, les contraceptifs ou une infection génitale.




Les symptômes

  • Les irritations

  • Les brûlures

  • Les démangeaisons

  • Les rougeurs

  • Les saignements

  • Les troubles urinaires


A la ménopause, le taux d’’œstrogènes (hormones activant l’hydratation vaginale) chute à partir de la cinquantaine. Le manque d’’oestrogènes provoque l’atrophie des organes génitaux, la vulve et les parois vaginales deviennent alors plus fines et moins élastiques, l’orifice vulvaire et le canal vaginal rétrécissent visiblement.


Le vagin s’assèche et les infections vaginales deviennent plus fréquentes du fait d’un déséquilibre de la flore vaginale causant de l’inconfort et parfois de mauvaises odeurs.
Alors bien sûr, la sécheresse vaginale peut-être synonyme de rapports sexuels douloureux et de libido diminuée.
L’harmonie du couple peut être perturbée et l’estime de soi fragilisée. Il est primordial d’e s’ouvrir à son compagnon ou sa compagne afin de ne pas laisser s’installer une souffrance qui pourrait gangréner vos relations.
Il est bon de savoir que dès la trentaine, l’intervalle entre le signal envoyé à l’organisme par  le cerveau pour déclencher la production de cette substance lubrifiante au niveau des parois vaginales se fait plus long. Cet intervalle augmente significativement dès la cinquantaine.
Vous avez juste besoin de faire une grande place aux préliminaires et de rester sexy et tendre, car la lubrification vaginale sera naturellement stimulée.
Prenez soin de votre apparence !

En prévention
Ne pas utiliser de solution trop agressive, ni trop fréquente pour maintenir une bonne hygiène locale.
Apprendre à gérer son stress.
Adoptez une bonne hygiène de vie.
Privilégiez le port de sous-vêtements en coton au quotidien.
Et si la cause est hormonale, je vous invite à prendre en complément, du trèfle rouge  qui s’utilise essentiellement pour réduire les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale, mais aussi pour ralentir l’ostéoporose.
Par contre, si vous avez des antécédents de cancers hormonaux-dépendants, je vous conseille de demander à votre médecin si vous pouvez utiliser cette plante.

Pour les démangeaisons et les irritations, Je vous conseille les ovules au calendula de chez Boiron. C’est vraiment efficace et naturel.

Les lubrifiants vaginaux naturels et écologiques
Si vous regardez la composition d’un lubrifiant industriel, il n’y a rien de précis. Vous vous doutez bien qu’ils sont bourrés de produits chimiques (paraben, phtalates, propylène glycol, parfums de synthèse) ………………………………

Recette n°1

80 gr. De gel d’Aloé véra bio extrait de la plante 100% naturel
100 ml d’eau minéral
1 gr. De glycérine végétale
1 gr. Conservateur costard

On mélange le tout à froid dans l’ordre de la liste. Le lubrifiant naturel et bio est compatible avec le port du préservatif et se conserve environ 6 mois au réfrigérateur.


Recette n°2
Seulement à base d’huile de coco (1 ère pression à froid Bio 100% naturelle, en pot alimentaire et non cosmétique), qui a des propriétés anti fongiques, anti bactériennes, anti infectueuses, antivirales et anti-inflammatoires.
L’huile de coco soigne les mycoses et les cystites.
Par contre, elle n’est pas compatible avec le port du préservatif qu’elle rend poreux.
Appliquer une minuscule noix d’huile de coco à l’intérieur du vagin et à l’extérieur de la vulve, avant chaque relation sexuelle.

Recette n°3
2 verres d’eau
2 c. à c. de graines de lin.

Mettre les graines dans l’eau bouillante, attendez que l’eau ait réduit de moitié pendant 20 minutes. Puis videz les graines, gardez le liquide et laisser refroidir. La préparation se conserve au frigidaire pendant quelques temps.
Ce lubrifiant peut s’utiliser avec les préservatifs.

Recette n°4
Huile végétale de Millepertuis bio

Elle est anti inflammatoire, cicatrisante et adoucissante. Elle s’applique en externe et interne, avec le doigt après la toilette, tous les jours, matin et soir.
Elle s’utilise également pendant ou après un rapport sexuel douloureux, pour plus de confort.

Parlons préservatifs
Afin de privilégier la santé intime de votre couple, il vous est conseillé de choisir ceux en latex naturel fabriqués sans lavage chimique et labellisés RFSU de chez Bivéa.
Vous les trouverez dans les magasins Bio et sur les sites tels que www.lafermedespeupliers.fr ainsi que sur Greenweez avec son préservatif Fairsquared.

Et n’oubliez pas, communiquez, dialoguez et acceptez de voir l’amour dans chaque situation de votre vie.


L’amour (sous toutes ses formes), il y a que ça qui compte !

Une belle plante, on lui donne de l’attention, de l’eau et de la lumière. Alors, soyez cette belle plante !






Retourner au contenu | Retourner au menu