Google

Actualités - Actualités - Ménopause Consciente

Aller au contenu

Menu principal :

TATOUAGES de femmes

Publié par sandrine Hurtado dans Actualités · 19/9/2018 10:17:12
Tags: tatouagetatouagedefemmesoinstatouagecicatrisationtatouageplantes

Je me suis offert mon 1er tatouage (réalisé par FRENETIK TATOUAGE, à Lannion) il y a 2 mois seulement, mais cela faisait deux ans qu'il était en gestation créative. Ce tatouage symbolise les promesses que je me suis faite pour construire ma nouvelle vie. Je n'ai plus le temps (même s'il n'exite pas réellement) de me perdre, même s'il est dit que nous sommes toujours là où nous sommes censées être. A 53 ans, je me sens prête à vivre pour moi-même et quoi de plus symbolique que le choix de l'épanouissement d'une fleur !

Ce tataouage, c'est le mien ! Je l'adore !

Cela m'a donné l'envie de vous faire un petit article sur l'histoire du tatouage chez les femmes et sur la façon de l'entretenir naturellement.





Les tatouages des femmes berbères

Les berbères sont des tribus nomades présentes depuis l'Antiquité pharaonique sous diverses dénominations (Lybiens, Maures, Numides, Gétules, Garantes). Leur origine remonte donc à une période pré-islamique, la pratique du tatouage faisant partie de leurs plus anciens rites païens, généralement liés à la magie et à la sorcellerie. En langue berbère, le tatouage se traduit par « El-Âyacha »:celui qui fait vivre.
Cette pratique était considéré comme un langage entre l'humain et l'esprit. Afin d'éloigner les mauvais esprits, les femmes protégeaient leurs enfants en dessinant des symboles sur leur front avec du noir de fumée.
Mais cela se gâte lors des invasions arabes dès le VIIe siècle de notre ère. L'Islam interdit le tatouage parce que c'est une transformation corporelle définitive. Ainsi, la plupart des berbères continuèrent cette tradition au hénné. C'est tout un art de dessiner des motifs ressemblant à de la dentelle ! C'est magnifique!

Les taouages des femmes polynésiennes
Le tatouage était moins cérémoniel. Il était plus une obligation qu'une marque de distinction. La main droite de la femme devait être tatouée à douze ans, ainsi elle pouvait aider à la préparation du poipoi. Une main non tatouée ne pouvait préparer le poipoi, ni manger dans le même bol que les autres.
Le tatouage des mains des femmes était aussi nécessaire à l'onction des morts avec de l'huile de coco.
Dans les Îles Marquises et en Nouvelle-Zélande, le tatouage marquait généralement l'appartenance à un rang social élevé. Il avait aussi pour but de renforcer la fécondité et les liens avecle surnaturel et le sacré. En Polynésie, le baptême de l'enfant, c'est le tatouage (ouille, ouille!). Pour être inscrit dans la communauté, le polynésien, doit passer par des rites imposés par la tribu. C'est alors une cérémonie religieuses et familiale. Dur, dur le recensement !

Les tatouages des femmes asiatiques
Au Japon, dès le Vème siècle le tatouage servait à punir les criminels au même titre que le fait de couper une main ou une oreille.Il avait pour but de marquer un individu à vie.
Au XVIIème siècle, les prostituées se tatouaient elles-mêmes sur le bras, le dos de la main, la poitrine ou le visage.
C'est donc par cette double pratique que le tatouage a été assimilé aus mauvaises mœurs de la société japonaise.
Dans la tribu japonaise de « Aïnous », le tatouage existait depuis la préhistoire et essentiellement sur le visage féminin. Cette tradition existe toujours, mais le tatouage ne se fait plus qu'autour de la bouche et sur le dos des mains. Mais le but est mal connu, on pourrait envisagé que ce soit une protection, l'évécuation d'un sang impur, la force...

En Chine, l'histoire du tatouage est récente. En 1986 a été découvert au nord-ouest de la chine des corps assez bien conservés datant de 3000 ans.
Le tatouage en chine est très peu étudié, mais selon F.Borel il figurait parmi cinq punitions. Il représente une marque humiliante face à la société. Strictement codifié, il varie selon les régions.

Les tatouages arabes
En Egypte, la pratique du tatouage remonte très loin dans le temps, les momies tatouées connues dateraient de 2000 av.JC.
Des hypothèses concernant cette pratique sont envisagées tel que des buts esthétiques, magiques superstitieux ou encore médicaux, c'est-à-dire préventif ou curatif.

L'Afrique du Nord, il est supposé que le tatouage existait 3000 ans av. JC. Il avait une valeur rituelle et prophylactique ( processus actif ou passif de prévention d'une maladie).
Le passé et ses coutumes prennent le dessus sur l'interdiction de l'islam en le rendant éphémère.
Les femmes se le font sur les pieds et les mains.
Le tatouage servait à différencier les classes sociales, il est autant décoratif que médical.
En Afrique Noire, il est essentiellement tribal et effectué par des scarifications. C'est un embellissement et un vêtement.
Chez le peuple « Sarakole » d'Afrique Occidentale, les gencives des filles sont tatouées en bleu, à l'aide d'une épine vers l'âge de 13/14 ans. Passage à la puberté douloureuse !
Chez les « Konkomba »du Togo du Nord, les femmes et les hommes ont le torse entièrement scarifié et portent sur le visage des dessins noircis au charbon représentant la tribu.Les femmes sont scarifiés dès la puberté ou dès qu'elles sont enceintes.
Les douillettes devaient être mal vues !

Pour les Noirs, le tatouage permettait de trouver son identité par une marque tribale, et de se différencier des esclaves, qui eux, n'étaient pas tatoués. Toutes ces agressions corporelles vont fortifier la personnalité de celui ou celles qui les subies, et augmenter ses forces vitales.

En Europe, l'histoire du taouage est assez floue du fait de son extinction au Moyen-Age suite à la condamnation de l'Eglise qui considérait le tatouage comme une marque du démon. Ce qui n'empêche pas sa réapparition au 18ème siècle grâce aux navigateurs qui vont ramener de leurs expéditions à travers le monde des souvenirs inscrits à jamais sur leur propre chair...

Quoiqu'on en dise, le tatouage a toujours eu une histoire et en aura toujours une !
Graver sa peau à l'encre indélibile est un message à soi-même qui a du SENS.
De nos jours, le tatouage revêt toutes les peaux, femme ou homme, jeune ou vieux, riche ou pauvre. Cela n'est plus réservé aux marins, soldats, motards et gangsters.

La signification symbolique de la partie tatouée


  • La main et son prolongement, le poignet, sont dans certines cultures les symboles de l'activité et de l'esprit. Le tatouage à cette place est à la fois ornemental et significatif, et réalisé par des personnes qui n'ont pas peur d'être vues.


  • Les bras ( épaule, bras, avant-bras) représentent force,équilibre et pouvoir. Posséder des tatouages dans cette zone vient rompre l'équilibre parfait du corps. Les bras et avant-bras sont lesméridiens du cœur et des poumons. Cachés ou exposés, tatouer cette zone revient à montrer son appartenance à un clan, à parader ou à extérioriser. Les bras sont les premières parties du corps engagées dans le rapport à l'autre et le toucher.


Voir sur le lien la suite : https://www.demotivateur.fr/article/tatouage-signification-personnalite-symbolique-corps-endroit-5907



Tatouages et chakras
Je suis tombée sur un blog traitant du métaphysique qui considérait le tatouage comme une œuvre de satan etc...Chacun son point de vue. Je vous ai choisi le site ci-dessous qui est plus soft, mais intéressant.
https://www.spiritualresearchfoundation.org/fr/une-vie-saine-page-principale/influence-des-energies-negatives-sur-la-societe/effet-spirituel-de-se-tatouer-tatouage/


Prendre soin de son tatouage
Tout d'abord, bien suivre les reccommandations de votre tatoueur ou tatoueuse avant, pendant et après pour que la cicatrisation se fasse le mieux possible sans qu'il y ait trop de retouches.

La cicatrisation de mon tatouage
J'ai opté pour HOMEOPLASMINE de chez Boiron qui est une vaseline comprenant du souci du jardin, du benjoin du Laos, de la teinture de phytolaque qui est apaisante et de la teinture de bryone dont les propriétés en application externe sont analgésique et anti-engorgement.

Je n'ai eu que quelques minuscules retouches au niveau du petit doigt.

Entretien naturel de mon tatouage après cicatrisation totale
Je continue de le laver avec mon savon liquide au PH neutre. Ensuite, c'est selon ce que j'ai chez moi, je l'hydrate avec :
– du beurre de karité ou
– du gel d'aloe vera ou
– de l'huile végétale de jojoba.

Mais vous pouvez utilisez de l'huile d'amande douce ou tout simplement faire vous-même un baume à base d'huile de coco et de beurre de karité. Vous pourrez trouver les ingrédients nécessaire sur
https://www.aroma-zone.com/

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter douceur et plaisir !


Amicalement vôtre,

Sandrine Nöel-H.




Salon des thérapies et médecines alternatives

Publié par Sandrine Hurtado dans Actualités · 4/10/2016 12:36:37
Tags: salonbienêtremédecinesalternativesdansmaculottelesrdvmarienoellebretagnecotesd'armorménopauseconsciente
Retourner au contenu | Retourner au menu